Les villes disparues à l’ordre du jour

Publié le 8 Septembre 2016

Les villes disparues à l’ordre du jour

Plus durables que la plupart de nos réalisations les villes peuvent néanmoins mourir. C’est ce que nous rappelle The Guardian qui consacre une nouvelle série aux Lost Cities, les villes disparues.

Le premier article est, comme il se doit, consacré à Babylone, une des plus anciennes villes du monde dont la naissance remonte au 23ème siècle avant JC et la première splendeur au règne d'Hammourabi (1792-1750). C'est aussi là qu'est né le Code portant son nom, un des plus anciens textes de lois. Conquise deux fois par Alexandre le grand elle a été réduite en ruines par d’innombrables guerres accompagnées d’autant de massacres, de destructions et d’incendies.

Saddam Hussein en a bien reconstruit quelques éléments mais il était (comme le Shah se servant de Persépolis pour s'adresser directement à Darius), plus soucieux de magnificence que de vérité historique. Comme dans tant d’autres domaines l’intervention étrangères lancée par Bush le second s’est traduite par plus de mal que de bien sous la forme d’une occupation du site par les polonais qui, pour protéger leurs tanks, remplissaient des sacs de sables de vestiges millénaires.

Ce retour à l’histoire, des villes disparues comme des autres, devrait être un de nos constants soucis. Parce qu’elle est partie essentielle de l’identité des villes, de notre relation avec elles, de ce pourquoi elles nous unissent et nous attachent, de pourquoi nous y tenons.

L’histoire, comme la culture font partie essentielle de l’intelligence des villes. Elles sont indispensables à la dimension humaine dont nous avons tant besoin à côté de ces technologies qui nous sont si utiles.

Une version de ce billet a été publiée sur le site du Monde.fr le 8 septembre 2016.

Photo : Babylone en 1932 - By American Colony (Jerusalem). Photo Dept., photographer. [Public domain], via Wikimedia Commons https://en.wikipedia.org/wiki/Babylon

Tags : Français, Actu
Commenter cet article

ALEX MARAN 22/09/2016 18:25

Madame ALEX MARAN m'a sauvé de impasse financier dans laquelle je me trouvais en m'octroyant un crédit de 85.000 euros sur une durée de 12 ans afin que
mes rêves deviennent réalité. Je prie à tous ceux qui ont pu jouir de ces services, de bien vouloir revenir en témoigner afin de permettre aux autres gens dans le
besoin, de pouvoir trouver aussi un recours fiable. Je vous laisse son adresse e-mail professionnelle:ALEXMARAN6116@gmail.com