Reprise : cap à l'est (et retour sur mes premiers pas)

Publié le 20 Août 2012

[caption id="attachment_856" align="alignleft" width="300" caption="Photo Flickr de David McKelvey"]Photo Flickr de David McKelvey[/caption] J'écris ces lignes d'Ho Chi Minh Ville où je viens d'arriver. L'éternelle Saïgon. C'est la continuation de mes périples autour du monde de l'innovation. De là j'irai à Singapour, Manille, Hong Kong, Shanghai, Beijing, Séoul, Tokyo, San Francisco et New York. Le gros morceau. Afficher Winch5 - Asia sur une carte plus grande C'est aussi là que j'ai commencé, par hasard, ma carrière de journaliste. C'était en 1968. Je vivais à Tokyo où j'enseignais le français. Comment ne pas profiter de ma présence en Asie pour aller me faire une idée sur place du conflit qui marquait ma génération ? Simple curiosité croyais-je. Début d'une vraie constante qui marque tout mon parcours. Le hasard a fait que j'y suis arrivé quelques jours avant le déclenchement de l'offensive du Têt qui devait marquer le tournant de la guerre. J'avais rendu visite la veille à François Pelou, incomparable directeur du bureau de l'AFP, pour qu'il me raconte ce qu'il voyait. Réveillé au milieu de la nuit par les bombardements des B52, qui faisaient littéralement trembler la terre, et les tirs de fusils automatiques j'appelai l'agence où il était, bien entendu, à l'œuvre. "Le Viet Cong attaque dans tout le pays. Les Américains ont du mal à contrôler. L'aéroport est fermé," m'a-t-il dit. Plutôt que de rester enfermé dans la chambre de mon petit hôtel je lui offris mes services. Il n'avait personne à Saigon et me dit de venir le rejoindre. Ce que je fis. Premier reportage : l'attaque contre le palais présidentiel. C'est aussi la première fois qu'on m'a tiré dessus. Excellent baptême journalistique. De curiosité en curiosité c'est exactement le même fil – je m'en rends compte ce soir – qui me ramène sur mes pas, qui guide ce tour du monde. Après 15 ans dans la baie de San Francisco je me suis demandé si l'innovation n'allait pas bientôt venir d'ailleurs. Faute de réponse évidente j'ai décidé d'aller voir par moi-même. Tel est le fil : s'enquérir directement de ce qui semble déterminant. Puis raconter. Après l'Amérique Latine, l'Afrique, le Moyen-Orient, l'Europe de l'Est et l'Inde visités au cours des derniers mois, j'aborde la région la plus dynamique : Singapour, la Chine, Séoul Tokyo puis San Francisco et New York. Moment de vérité ? C'est là que je pourrai me faire une idée du bien fondé de mon hypothèse : que l'innovation sera bientôt "distribuée". Il est clair, nous l'avons vu au cours de ces derniers mois, qu'on innove partout, mais ça prend du temps et force est de reconnaître que Silicon Valley reste un vrai pôle, une référence. Un espace où se concoctent des futurs toujours audacieux. Je me retrouve donc avec cette dose d'incertitude sur mon projet qui est le meilleur stimulant possible pour creuser plus avant à chacune des étapes de ce parcours asiatique auquel je vous invite. C'est reparti et j'adore ça. Vous en êtes ? Afficher Pisani Winch 5 sur une carte plus grande

Commenter cet article