Campagne contre les klaxons à Casablanca

Publié le 10 Octobre 2011


Selma Benjelloun est mince, timide, discrète et décidée. Il le faut pour se lancer dans une campagne contre les klaxons dans cette ville assourdissante. La pire peut-être – je ne parle que de bruit – de toutes celles que j'ai pu connaître jusqu'à présent. A peine débarque-t-on dans cette ville que l'urgence d'une telle action… saute aux oreilles.

Reste à convaincre les intéressés eux-mêmes.

Pour cela, Selma compte avec le soutien de son frère, qui possède une imprimerie, et sur les médias sociaux. Un vrai test.

"Nous avons lancé notre initiative fin janvier 2011, en plein printemps arabe," explique-t-elle. "On s'est sentis ridicules de s'en prendre à la pollution sonore quand des révolutions faisaient tomber des régimes entiers. Mais on continue…"

Facebook et Twitter lui servent, entre autres, pour "monter des opérations de commando pour aller à la rencontre des automobilistes". Il se retrouvent à un rond-point donné à une heure de pointe pour distribuer des autocollants et engager la conversation.

Il s'agit en fait de sensibiliser à l'action civique : "klaxonner est un acte qui ne dépend que de nous. C'est pas l'État qui pollue. L'arrêter est entre nos mains."

L'action a reçu très vite un grand support médiatique. Mais Selma se demande si journaux, radios et télévisions ne s'en servent pas pour ne pas parler de politique. "C'est une manière de montrer un exemple de combat non frontal avec le système. C'est du soft… mais il n'y a pas que la confrontation qui peut fonctionner."

Casablaklaxoon.com, le nom du site d'où elle organise sa campagne, veut dire "Casa sans klaxon". Si je vivais dans sa ville je ferais tout pour qu'elle réussisse mais les stickers sont encore bien rares et un chauffeur de taxi m'a dit "ici on ne peut pas conduire sans klaxon". Selma a entendu mieux encore venant d'un autre "je préfère me retrouver sans frein que sans klaxon".

Plus ou moins dur que de renverser une dictature?

[Photo : capture d'écran du site Casablaklaxoon.com]

 

Commenter cet article