Google Buzz: le produit et le processus

Publié le 22 Février 2010

googlebuzz-oversocialized.1266824785.jpg Essayons de tirer le bilan du lancement de Google Buzz .

  • L'intégration de quatre activités cardinales du web: recherche, réseaux sociaux, courriel et mobile (plus tous les G-services). L'intégration est au cœur du succès de Seesmic, TweetDeck et Yoono. Twitter a gagné du terrain le jour où il a intégré la recherche. Le prochain grand pas de Facebook devrait être le lancement de Titan , son propre programme de courrier électronique
  • Je suis d'accord avec l'intérêt de la notion de "suivi asymétrique" formulée par Tim O'Reilly. Un Buzz est un courriel adressé à tous ceux qui veulent sans que celui qui l'envoie soit obligé de suivre tout le monde. Il prévoit que cette innovation sera bientôt copiée par tous les systèmes de web mail .
  • Le lancement qui a connecté automatiquement les utilisateurs de Gmail à Buzz, et la révélation de leurs principaux contacts était tout simplement inadmissible. "Seriously wrong" dit Dave Winer .
  • Les protestations ont fusé de partout mais peu se déclarent prêts à abandonner Google. Parmi ceux qui le font, Kirk McElhearn de MacWorld, est conscient qu'il ne pourra pas renoncer à tout et se voit réduit à attendre qu'un concurrent offre des résultats aussi bon pour "cesser de chercher sur Google".

La valeur du produit ne saurait nous faire oublier le côté inadmissible du processus.

Mes conclusions:

  • On est amené à se demander si le lancement n'a pas correspondu à une prise de "risque calculé" (un peu moins bien que prévu peut-être) reposant sur les deux éléments suivants:
    • 1) Google Buzz a démarré d'un coup avec des dizaines de millions d'utilisateurs (9 millions de messages ont été échangé au cours des premiers deux jours) alors que Twitter, par exemple, tourne autour de 30 millions au bout de 4 ans);
    • 2) les geeks de Google qui ont testé le produit sont convaincus que les conceptions de la protection des données personnelles changent, surtout chez les jeunes.
  • Google a réagi très vite aux protestations mais le boss, Eric Schmidt, affirme qu'il s'agit d'une faille dans la comm de l'entreprise et que rien de grave n'a été divulgué. Il avait eu le culot de déclarer en décembre dernier que "Si vous voulez que personne ne connaisse quelque chose que vous faites, le mieux est peut-être de ne pas le faire." D'accord pour la pornographie infantile. Mais il oublie les militants des droits de l'homme et ceux qui dénoncent corruptions et scandales.
  • Le vrai problème, souligné par Evgeny Morozov sur son blog de Foreign Policy, c'est que les dirigeants de Google minimisent la relation entre protection des données personnelles et liberté d'expression. Ils sont sensibles au privé, pas au social.

Et vous, vous êtes arrivés à quelles conclusions?

[Photo Flickr de Oversocialized ]

Commenter cet article