iPad: séduisant mais pas (encore) bouleversant

Publié le 29 Janvier 2010

ipad-nyt-cattiasphotos.1264779742.jpg L'iPad est suffisamment séduisant pour que j'aie envie d'en avoir un (plutôt dans ses versions futures). En attendant il fournit un bel exemple de couverture médiatique biaisée par l'intérêt direct des médias. En pleine crise ils mordent l'hameçon joliment tendu par Steve Jobs et nous laissent entendre que l'appareil est génial parce qu'il va permettre de faire payer l'accès aux sites d'information. Pas si simple.

Pour ne pas revenir sur ce qui a été dit partout (je n'étais pas à la présentation - je suis en Colombie pour le Hay Festival - et je n'ai pas voulu participer au délire), je me limiterai à l'impact potentiel sur le journalisme.

L'idée brute est formulée par The Industry Standard pour qui il est temps d'en finir avec le gratuit. L'iPad offre la plateforme de services et d'applications qui peut aider à faire le saut.

Nettement plus grand que celui de l'iPhone, l'écran permet une bonne présentation des journaux souligne Mashable . Cela pourrait encourager l'expression de "la nouvelle génération du journalisme digital" a déclaré Martin Nisenholtz, responsable de tout ce que le quotidien fait online, invité à partager la scène par Steve Jobs lors de la présentation.

Le vrai objectif de Jobs est d'attirer les créateurs, dit Wired . Un point que reprend (différemment) Alfred Harmida en soulignant que l'appareil peut servir à tout et que donc chacun pourra se proposer d'en faire ce qu'il veut et de trouver (ou de développer) une app pour cela. Il y voit ainsi "une plateforme pour repenser le journalisme de façon plus visuelle, interactive et multimédia".

Voilà pour la tendance dominante. Mais tout le monde n'est pas d'accord.

Le plus virulent semble Dave Winer, qui écrit "this thing, the iPad, is a dog" avant de conclure "all that remains of Apple's brilliance is Apple's arrogance". Le fond de son argument est qu'au lieu de faire un grand iPhone il fallait nous offrir un petit Mac avec toutes les fonctionnalités, exactement comme l'a fait Asus (et d'autres) avec son netbook doté de tous les ports possibles et d'un disque dur de 160 GB.

"Stratège es médias" Steve Yelvington reprend les mêmes arguments et les applique aux sites d'information. L'iPad "n'est certainement pas un sauveur pour les journaux," écrit-il. Ils ne peuvent pas fermer leur site web que nous continuerons à visiter depuis nos ordinateurs. "L'Ipad ne change pas l'équation économique. Ce n'est pas le manque de technologie ou d'outils qui vous empêche ce vendre votre contenu" dit-il aux patrons de presse "c'est l'absence de demande". Nous avons trop de possibilités sur le web pour envisager de payer

Les futures générations peuvent régler une bonne partie des limitations de l'iPad présenté cette semaine, mais le raisonnement demeure.

La bonne nouvelle pour les médias pourrait venir, selon Joshua Benton, du Nieman Journalism Lab , du fait que si "l'équation du contenu payant n'est pas radicalement bouleversée" la taille de l'écran devrait permettre à la pub de s'exprimer sur plus d'espace.

En résumé: l'iPad semble un gadget sympathique qui a lui seul et pour le moment ne change rien radicalement, contrairement à ce qu'a dit Jobs et aux commentaires d'un grand nombre de médias.

Je ne sais pas si je tiendrai le coup mais je crois raisonnable d'attendre la seconde génération.

Et vous?

[Photo Flickr de cattias.photo ]

Commenter cet article