2 questions à propos d'Avatar et la technologie

Publié le 11 Janvier 2010

conquista-carlitos.1263199573.jpg J'ai adoré Avatar parce que l'histoire est de celles pour lesquelles j'ai un faible et que ce film m'invite à m'interroger (je vais vous mettre à contribution) sur le futur entremêlé du récit et de la technologie.

D'abord les aveux: j'ai un peu honte de moi-même en raison de la simplicité de l'histoire qui nous est racontée et du recours au mythe de l'homme blanc sauveur d'un peuple primitif idéalisé à l'extrême. Mais j'ai moi même écrit un roman sur le sujet – Huracán-Cœur-du-Ciel - et le fait que le héros se transforme en l'autre (je m'en étais tenu au métissage, plus classique) n'est pas un mauvais message (il suffit de lire cette petite colère pour s'en convaincre).

Ce qui m'a interpelé maintenant.

Le domaine sur lequel Cameron fait porter son innovation n'est peut-être pas le plus intéressant. Le récit, même s'il nous enchante, est d'une simplicité presque ennuyeuse tant il est prévisible. Le réalisateur nous ravit avec son utilisation des images en 3D sans innover le moins du monde dans la structure narrative. Tristram Shandy, Jacques le fataliste, Rayuela et Ulysses, pour ne citer que les plus connus sont bien plus vieux et bien plus provoquant dans leur façon d'aborder la plus vieille activité des humains, leur passion pour la création de sens au travers des histoires qu'ils racontent.

Le second point concerne le futur de l'expression. Comme chaque film, mais un peu plus que la plupart, ne serait-ce que par le nombre de personnes qu'il attire, Avatar contribue à modifier notre imaginaire, ce que nous attendons des images. Et je me demande l'influence qu'il peut avoir sur le futur de la narration.

J'en viens à mes questions:

1 – Qu'est-ce qui vous paraît le plus important: une innovation technologique ou une innovation narrative? Je me demande aussi quel risque il aurait pris en essayant de poursuivre les deux objectifs dans un même film.

2 – Comment voyez-vous le futur de l'expression après un tel film? Comment faut-il se préparer pour raconter des histoires que les gens pourront "entendre" dans… 30 ans?

Alors?

[Photo FLickr d'¡carlitos : La conquista, mural de Diego Rivera]

Commenter cet article