Le destin incertain de nos biens virtuels

Publié le 4 Novembre 2009

calavera-esparta.1257321900.jpg Qu'arrive-t-il à nos biens virtuels à notre mort? La question est plus importante et la réponse plus compliquée qu'on serait tenté de croire.

Le problème est de plus en plus réel. Nous gardons en ligne des informations, voir des biens, qui nous sont chers. Qu'il s'agisse de certains de nos courriels (pas tous, bien sûr), des territoires construits sur Second Life ou des trésors amassés sur certains sites de jeux.

Dans la plupart des cas, à la différence de ce qui passe dans la couche analogue, les biens ne reviennent pas automatiquement à nos héritiers. Une des raisons les plus fréquentes est que nous signons avec les sites concernés un accord leur interdisant de permettre l'accès à qui que ce soit d'autre.

Dans la plupart des cas, ce qui nous appartenait court le risque d'être effacé automatiquement.

Voici deux articles expliquant le problème et donnant quelques conseils.

Le premier, publié par le New York Times, part des mondes virtuels (sur lesquels la totalité des biens est estimée à 5 ou 6 milliards de dollars reconnus par la Federal Reserve Bank des États-Unis).

Le second, publié par le site australien News.com.au insiste sur ce qui arrive à nos courriels .

Mais… avez-vous envie que vos enfants trouvent tous vos courriels?

[Photo Flickr de Esparta ]

Commenter cet article