Rebooting America: Pour une tech-démocratie

Publié le 22 Décembre 2008

rebootingamerica.1229933426.png «De la même façon que le web a créé de nouveaux modèles de business il peut encourager l’émergence de nouveaux modèles de gouvernance» estime Esther Dyson. Elle l’écrit dans un avant-propos au livre «Rebooting America» fait de mini essais réunis par les animateurs des sites PersonalDemocracy et TechPresident .

Beau travail, marqué à gauche mais qui compte avec la participation du leader conservateur Newt Gingrich pour qui le défi est de «remplacer la plume d’oie des fondateurs [des États-Unis] par une souris» [d’ordinateur].

Le livre (court) a le titre révélateur de «Rebooting America - Ideas for redesigning American Democracy for the Internet Age » et il peut être téléchargé gratis.

Les Pères fondateurs ont fait du bon boulot, estiment les auteurs (qui vont de Zephyr Teachout , militante pro Howard Dean en 2004 à Glenn Reynolds l’auteur du blog Instapundit ), mais il est urgent de mettre à jour des préceptes conçus avant le train, le téléphone... et l’internet.

Cette démocratie 2.0 tire largement son inspiration de concepts à la mode chez les geeks: la sagesse des masses (informées), par exemple, qui pour Julie Barko Germany «peuvent gouverner aussi bien qu’une petite élite».

Il est peu probable que le prochain président se laisse convaincre par la proposition selon laquelle la démocratie serait meilleure “sans représentants”. Il ne pourra pas non plus ignorer l’opinion émise par ce groupe de technophiles convaincus pour qui «un retour aux pratiques traditionnelles après le 21 janvier (date de l’entrée en fonctions d’Obama) constituerait une énorme opportunité perdue pour le nouveau président et pour les Américains».

Une idée qui vaut peut être qu’on s’y arrête si, comme le croît Yochaï Benkler auteur de The Wealth of Networks, «la collaboration, à grande échelle entre des populations amplement dispersées est maîtrisable, durable (sustainable) et efficace».

Qu’en pensez-vous?

Commenter cet article