Utiliser Facebook ou ses propres communautés: le choix d'Unilever et celui de GE

Publié le 11 Septembre 2008

Wendy Wilkes est une américaine de 28 ans qui travaille pour Unilever. Son problème: elle ne supportait pas le site de la compagnie version années quatre-vingt-dix et le recours massifs aux outils informatiques d'antan.

Elle n'est pas la seule. Business Week qui racontait son histoire le 14 août dernier estime que "pour toute personne née après 1985, entrer dans le monde du travail est un choc technologique." Ils se voient contraints à utiliser des outils périmés et interdire aussi bien MySpace que Facebook, les messageries instantanées, Twitter, iTunes ou Skype... pour n'en citer que quelques uns.

Le problème est de plus en plus pressant pour les entreprises car les jeunes n'acceptent pas les limitations imposées par les directions informatiques. A Unilever, par exemple, la moitié des applications et des services utilisés par les employés viennent du dehors et "ne devraient pas se trouver" sur leur poste de travail.

Le cabinet d'études Forrester qui a repéré la tendance la qualifie de "populisme technologique".

Exaspérée, Wendy Wilkes a fait part à son patron de ses colères et de ses frustrations. Il lui a alors donné un nouveau boulot dans lequel elle est chargée de promouvoir le recours aux technologies ordinaires au sein de l'entreprise. Notamment les webcams qui permettent de réaliser des vidéo conférences gratis et permettent d'économiser des millions de dollars en voyages.

Happy ending à la Hollywood... mais l'histoire est représentative.

Cela dit, j'ai encore plus apprécié la présentation faite lors de la conférence Office 2.0 qui vient de se tenir à San Francisco par le Dr Sukh Grewal responsable techno de General Electric.

Au lieu d'adopter Facebook (ou en plus, je n'en sais rien) ils permettent à leurs employés de créer les communautés qui les intéressent. Toute personne peut le faire et le processus est presque instantané. Il n'y a aucune limite d'espace. "C'est à nous, dit Grewal, de faire le ménage et de nous occuper des problèmes de sécurité."

Les employés téléchargent dix fois plus les documents collectifs que les documents personnels. SupportCentral, leur espace de partage des connaissances est leur application la plus utilisée après le courriel et reçoit 25 millions de hits par jour.

Ça vous inspire?

Commenter cet article