Ce que le président doit savoir des TIC

Publié le 4 Août 2008

Barack Obama, s'il est élu, sera le premier président "cybergénique" des États-Unis, comme John Kennedy a été son premier président télégénique. L'expression vient de Paul Saffo, un futuriste (il préfère dire "forecaster") de Palo Alto qui enseigne à Stanford.

Face à cela il est facile - et tentant - de peindre John McCain comme un éventuel président "analogue" .

Pas si simple.

Obama a, jusqu'à présent démontré qu'il savait utiliser le net pour obtenir un nombre considérable de contributions financières modestes et pour promouvoir une image positive de lui. Howard Dean avait déjà ouvert ce chemin en 2004.

Les partisans d'Obama sont en outre parvenus à utiliser le net pour se mobiliser et voter pour lui lors des primaires. C'est d'autant plus intéressant que la grande faiblesse des Démocrates il y a 4 ans avait précisément été leur incapacité à mener un nombre suffisant de leurs sympathisantsaux bureaux de vote (ce que les Républicains avaient obtenu avec les bonnes vieilles méthodes analogiques... pas toujours très propres).

L'essai a bien été marqué par Obama, mais il lui reste à le transformer et c'est beaucoup plus difficile avec la population en général qu'avec les militants.

Nous parlerons beaucoup de l'utilisation des TIC par les candidats à la présidence des États-Unis mais le verdict ne tombera qu'avec le résultat du scrutin au mois de novembre. Le défi est de faire voter les gens et d'obtenir que leur vote soit pris en compte.

En attendant un des éléments nouveaux qui comptent au moment de se prononcer c'est la connaissance et la compréhension que les candidats ont des TIC. "Nous ne demandons pas un président qui réponde lui-même à ses mèls," affirme Saffo, "mais nous voulons qu'il comprenne le contexte de ce que les mèls veulent dire".

Qu'en dites-vous et comment vous sentez-vous servis en la matière?

Commenter cet article