230 livres pour les blogueurs

Publié le 29 Avril 2008

L’opération lancée vendredi pour envoyer Comment le web change le monde, le livre que j’ai écrit avec Dominique Piotet, aux blogueurs qui le demanderaient s’est soldé par une réponse favorable incroyable: 263 demandes nous étaient parvenues en fin de matinée lundi.

Un pointage rigoureux révèle que 48 d’entre elles provenaient de blogueurs traitant des technologies de l’information et de la communication et disposant d’une adresse postale en France. 128 provenaient de blogueurs et blogueuses avec adresse en France alors que 38 demandes ont été envoyées par des blogueurs français donnant une adresse postale hors de l’hexagone (Suisse, Belgique, Angleterre, Algérie, Maroc, Espagne, Corée, USA, Australie, Polynésie française, Guadeloupe).

49 mèls sont parvenus sans précision d’adresse postale ou de blogs. Un certain nombre des demandes étaient rédigées en espagnol ce qui s’explique puisque Transnets paraît maintenant sur le site de Soitu.es .

Les demandes continuent à nous parvenir, mais plus lentement. Ça n’est plus la peine d’en envoyer.

Les Éditions Pearson et l’Atelier ont décidé de s’en tenir au chiffre de 230 (ce qui est déjà plus que ce qui avait été envisagé) au delà de quoi l’opération cesserait d’être gérable. Recevront le livre ceux et celles dont le mèl nous donnent les indications voulues et qui peuvent lire le livre.

Au moment de rédiger le billet de vendredi matin j’ai fait un pari avec moi-même que je n’ai pas osé formuler devant d’autres de peur d’être ridicule. Je pensais que nous aurions 75 demandes. Je rêvais d’en recevoir 125 et si j’avais été obligé de parier vraiment j’aurais dit 50.

La première phase de l’opération est donc un surprenant succès... d’autant plus problématique qu’il coûte... (Ah l’économie de web 2.0...)

Il est bien trop tôt pour savoir comment cela influera sur la vie du livre. Je crois pourtant que cela montre - une fois de plus - que la blogalaxie a un énorme potentiel pour devenir la caisse de raisonnance d’une puissance dont nous ne cernons pas encore le contour.

Mais attendons de voir qui en parle. Des paris?

[PS - Je suis au Nicaragua pour une conférence et je bloguerai sans doute un peu moins jusqu'à la fin de la semaine]

Commenter cet article