Le contenu futur du web et autres infos

Publié le 1 Avril 2008

Les Australiens ont ce matin la primeur d'une fonction nouvelle de Google qui permet de chercher le contenu futur du web. La technologie s'appelle MATE (Machine Automated Temporal Extrapolation). Elle compare ce qui existe aujourd'hui avec ce qui s'est fait hier et utilise mashups et algorithmes pour prévoir le contenu de demain.

Rappelons que les deux fondateurs du moteur de recherche le plus puissant du moment sont des convaincus de la toute puissance de l'intelligence artificielle et qu'ils font déjà faire de drôles de trucs à leurs ordinateurs (et aux nôtres).

Mis à part cette info signalée par le blog Profy , les autres nouvelles du jour grappillées sur Techmeme - lieu de passage obligatoire pour qui veut se faire une idée rapide des dernières nouvelles du jour dans le domaine des technologies de l'information – m'ont laissé assez perplexe pour que je vous les livre en vrac.

Les Google Docs qui permettent de garder des documents dans les nuages et de collaborer on line vont pouvoir être accessibles offline (dans l'avion par exemple ou a dos de chameau). J'attends ça depuis longtemps.

ReadWriteWeb lance son "premier jour annuel sans Google" pendant lequel il nous invite à faire l'essai de moteurs de recherche alternatifs dont il fournit la liste. Pas une mauvaise idée.

TechCrunch attaque Facebook en justice parce que les utilisateurs se servent du nom de Michael Arrington, patron et fondateur de la jeune compagnie de média sus mentionnée, pour se faire de la pub. La négociation a échoué et le ton a suffisamment monté pour qu'un avocat en colère balance son café crème brûlant (ici on dit un Latte) à la gueule du pauvre Arrington. Son arrogance est bien connue.

News.com révèle parallèlement que TechCrunch vient d'acquérir une revue pour teenagers baptisée TigerBeat pour la fermer et la transformer en média purement online sous le nom de CrunchKids pour mieux exploiter la crédulité des gamines. La société possède déjà MobileCrunch et CrunchGear.

Deutsche Telekom, propriétaire de T-Mobile vient de demander à Engadget Mobile de cesser d'utiliser la couleur "Magenta" caractéristique tu T de T-Mobile.

Cette dernière nouvelle pourrait faire penser à un poisson d'avril, mais le rédacteur de la note jure que non.

Tout se complique... Mais il est tard pour moi. Votre lucidité matinale devrait vous aider à y voir plus clair...

Aidez-moi… 

Commenter cet article