MacBook Air et le reste

Publié le 16 Janvier 2008

macbookair-flickr-appleseed.1200464207.jpg Un très bel objet, une percée dans le monde des images qui bougent et un show plutôt décevant, tel est le bilan rapide du MacWorld 2008 qui s'est tenu mardi à San Francisco.

J'ajouterai qu'on ne peut pas être révolutionnaire tous les ans comme Steve Jobs a pu l'être en 2007 en annonçant l'iPhone et que la montée en puissance d'Apple ne fait plus de doutes, même si ses parts de marché sont encore modestes.

"Je prédis que dans 10 ou 15 ans, on trouvera plus d'ordinateurs fonctionnant sur un Mac OS que sur Windows," m'a déclaré Bernt Wahl , qui enseigne à l'Université de Californie-Berkeley.

Il précise qu'alors il y aura plus d'ordinateurs sous forme de téléphones mobiles que de laptops ou de machines de bureau. C'est l'iPhone qui selon lui fera la différence. Mais il remarque aussi qu'à Berkeley, par exemple, la moitié des ingénieurs sont, selon sa propre estimation, équipés de Macs.

Bernt est un fan du Mac et un activiste depuis les premiers jours mais…

Revenons à Steve.

Le très bel objet c'est bien évidemment le MacBook Air dont je vous avais donné une idée hier (voir ce billet ). C'est le laptop le plus fin du monde: la moitié du tenant antérieur du titre le Vaio TZ de Sony (voir la comparaison qu'en fait Ubergizmo ).

Mensurations: entre 0,4 et 1,9 cm d'épaisseur, 1,36kg, un microprocesseur de 1,6Ghz, 2G de RAM, 80G de disque dur. Et toutes les connexions par wifi. Mais la batterie ne peut pas être changée par l'utilisateur et ça c'est grave car elles vieillissent toujours. Le touchpad permet de réaliser les mêmes gestes que sur un iPhone.

C'est une performance technique de miniaturisation car il s'agit d'un vrai laptop.

Prix de base: 1800 dollars. Dès que j'ai les moyens j'en achète un. On peut aussi acheter un lecteur de disque optique extérieur. Une version avec un disque dur Solid State (sans partie mobile) coûte 1300 dollars de plus. Là il se fout du monde.

Superbe idée marketing et qui marche, il l'a présenté en le sortant d'une enveloppe de celles qu'on utilise pour envoyer les documents par la poste… Elle n'était pas gonflée.

Il faut noter cependant que le ton des analystes est réservé, voir critique. Gizmodo le trouve "fragile" mais "impressionnant". Crunchgear le déclare "pratiquement inutile" mais il exagère et le reconnaît. Le problème de la batterie fait dire à Endgadget "nous sommes beaucoup moins amoureux".

La percée dans le monde de la vidéo, du cinéma et de la télé a en fait trois volets:

  • Apple TV Take 2 qui connecte une télé à l'internet sans passer par un ordinateur et permet de télécharger des films y compris en haute définition;
  • Un programme ambitieux de location de films sur iTunes – "nous avons envie de posséder la musique nous écoutons des milliers de fois, pas les films que nous ne regardons généralement qu'une fois," a déclaré Jobs en présentant le programme -. Il compte avec la participation de tous les grands studios.
  • La possibilité de télécharger des podcasts audio et vidéos qui pourraient fort bien devenir gratuits et se financer avec de la pub. Voir une analyse intéressante de cet aspect dans Bits .

Conclusion de l'ensemble: même quand il n'est pas au mieux de sa forme, Steve Jobs lance des produits dont on ne peut pas ne pas avoir envie.

Mon problème maintenant c'est de faire l'addition réelle de ce que me couterait l'achat d'un Mac à côté de mon Dell.

Des idées?

[Photo FLickr d'Appleseed ]

Commenter cet article