Les dominos tombent…

Publié le 14 Janvier 2008

Les Américains sont rentrés moroses de vacances. Les consommateurs n'ont plus confiance . La crise de l'immobilier s'étend et "les dominos commencent à tomber " affirme Henry Blodget dans Silicon Alley Insider. Considéré comme l'un des meilleurs analystes de l'ère dotcoms, Blodget a eu des démêlés avec les autorités de Wall Street pour des raisons éthiques mais personne ne conteste ses capacités d'analyste .

Floyd Norris et Peter Goodman, deux des économistes vedettes du New York Times, viennent de mettre de l'huile sur le feu qui consume les angoissés. Ils rappellent que les détaillants ont fait leurs plus mauvaises ventes de fin d'années depuis cinq ans. "L'économie est prise dans une spirale descendante," écrivent-ils, "dans laquelle chaque nouvelle négative en déclenche une autre."

Qu'est-ce que ça veut dire pour les TIC?

60% des capital risqueurs s'attendent à un ralentissement économique (contre 19% d'optimistes).

Blodget estime que la publicité – la source de rentrée presque exclusive des compagnies web 2.0 – va ralentir et peut-être même s'effondrer dans les deux mois qui viennent. "Les principales entreprises de l'internet et des médias seront affectées" affirme-t-il.

Déjà en août dernier, il avait écrit aux sociétés du web qu'elles devraient "se préparer pour des temps difficiles ". Il y a trop de start-ups. La pénétration des lignes à haut débit se tasse (selon le blogueur Om Malik , au troisième trimestre 2007 53% des foyers en étaient équipés alors que 77% avaient un ordinateur).

Et les difficultés ne s'arrêteront pas là. Les signes de crise vont refroidir les investissements "qui a leur tour refroidiront l'activité entrepreneuriale" écrit-il maintenant.

En mai dernier, Michael Arrington écrivait dans TechCrunch qu'une petite baisse de régime ferait du bien à Silicon Valley . Comme en 2000 les gens ne pensent plus qu'en sommes astronomiques et, comme alors, les responsables du marketing et leur obsession sur le qu'en dira-t-on l'emportent sur les développeurs et leurs idées, les entrepreneurs et leurs start-ups marrantes.

"Silicon Valley n'est plus fun" écrivait-il alors. Elle a une chance de le redevenir… mais après avoir connu de nouveau faillites, licenciements, pleurs et grincements de dents.

Commenter cet article