Steve Jobs tueur de blog

Publié le 22 Décembre 2007

ciarellithinksecret-nyt-071221.1198290663.jpg Steve Jobs, le patron d'Apple, a obtenu la fermeture du blog ThinkSecret . Plusieurs blogs ont écrit, comme cela peut se dire en anglais, qu'il l'avait tué, that he killed it .

ThinkSecret était tenu par un fan d'Apple qui, grâce à de bonnes informations provenant de sources internes avait publié, en décembre 2004, des informations sur des produits que Steve Jobs s'apprêtait à lancer (voir ce billet ).

Apple lui a intenté un procès pour révélation de secrets commerciaux.

Les deux parties sont parvenues cette semaine à un accord à l'amiable au terme duquel Nicholas Ciarelli, l'auteur du blog, accepte de le fermer mais obtient de ne pas révéler ses sources comme l'exigeait Apple.

Nicholas est étudiant et publie aussi des articles dans la revue de Harvard.

Il est vraisemblable qu'il a reçu de l'argent en compensation et qu'il est content de passer à autre chose, ce qui ne change rien à l'affaire .

Steve Jobs avait intenté trois procès en même temps. Il a perdu les deux autres en appel. Il s'agissait de journalistes protégés par l'amendement de la constitution étatsunienne qui garantit la liberté d'expression.

Nicholas se conduit comme un journaliste dans sa façon d'informer et dans son refus de livrer ceux qui lui font confiance à l'ire du tout puissant Jobs. Ce dernier le reconnaît implicitement en abandonnant la poursuite.

Un très grand s'offre le luxe d'écraser, de réduire au silence, un tout petit. Pire encore, il semble payer pour parvenir à ses fins. L'institution judiciaire et le monde des affaires peuvent s'en satisfaire, pas la morale.

Je trouve vraiment dégueulasse le comportement de Jobs et le fait qu'il ait obtenu la fermeture d'un blog, d'autant plus qu'il s'agit d'une voix indépendante.

Concevoir et lancer de bons produits, avoir du génie, le sens de la scène et celui des affaires ne donne pas le droit de se comporter comme un salopard. Au contraire.

[Photo de Mark Ostow publiée avec l'article du New York Times ]

Commenter cet article