Les vertus du bizarre

Publié le 10 Août 2007

jaronlanier-scifoo-flickr-boblee.1186723920.jpg "Il faut encourager les gens à avoir des idées bizarres (weird ideas)" estime Jaron Lanier , pionnier de la réalité virtuelle. C'est une bonne façon de résumer une attitude essentielle très présente tout au long du week-end scientifique organisé la semaine dernière par Tim O'Reilly, la revue Nature et Google. (Voir Un week-end chez Google , La science citoyenne , Biohacking , Risques et innovations , Et la science-fiction? ).

Lanier a organisé un débat sur la nature du temps et des mathématiques avec le physicien Lee Smolin et Neal Stephenson , auteur de Snow Crash (Le samouraï virtuel ) et de Diamond Age (L'âge de diamant ), entre autres.

"Je me suis intéressé au sujet," a raconté ce dernier, "quand j'ai compris que la différence entre la métaphysique de Newton et celle de Leibnitz, était liée à leurs compréhensions du temps".

Il s'agit de répondre à l'affirmation du physicien britannique Julian Barbour selon qui le temps de compte pas. "Si on connaît toutes les lois d'un système on peut prévoir où il sera à n'importe quel moment donné et donc on n'a plus besoin de s'intéresser au temps" a résumé Smolin. "Si on applique à l'univers, il n'y a pas de temps parce qu'il n'y a rien d'extérieur au système."

Pour la plupart des mathématiciens qui sont "des platoniciens plus ou moins avoués", la vérité des maths n'est ni spatiale ni temporelle. "Je déteste ça," a précisé Smolin pour qui "notre responsabilité est d'inventer une fondation non platonicienne aux mathématiques."

Wow…

Voilà. Ce fascinant week-end que j'ai tout fait pour prolonger se termine. J'aurais voulu qu'il dure trois fois plus. J'aurais aimé me glisser dans des discussions sur les neurosciences, la biologie, la génomique, les nanotechnologies.

Mais aussi des sujets relativement bizarres comme l'approche des pseudosciences par un magicien (James Randi ) ou la présentation par Martha Stewart , ancien mannequin et femme d'affaires, de son projet de logiciel pour créer la "maison sans papier". Heureusement que Charles Simonyi , milliardaire, ancien de Microsoft, a bénéficié du seul moment où nous étions tous réunis pour raconter son aventure de touriste de l'espace .

J'en passe. Vous pouvez consulter ici la liste des discussions qui ont eu lieu.

C'est en mélangeant des sujets et des personnalités de ce genre qu'on obtient ce "bizarre" invoqué par Lanier.

"J’ai apprécié la teneur intellectuelle des discussions de couloir" m'a confié par courriel Éric Bonabeau, patron d'Icosystem . "Le contenu des interventions est secondaire. Je suis reparti avec plusieurs idées de collaborations, dont une avec Hod Lipson de Cornell pour continuer notre projet de food machine pour la NASA en utilisant l’imprimante 3D à extrusion développée par Hod."

Ça débouche sur quelque chose…

Vous dites "bizarre"?

[Photo de Greg Bear par Bob Lee qui a une série sur le SciFoo ]

[MaJ - Vous pouvez trouver les 6 billets de cette série sur SciFoo07 en cliquant ici ]

Commenter cet article