Virginia Tech: le journalisme citoyen est inévitable

Publié le 17 Avril 2007

Les médias d'informations professionnels ne peuvent plus se passer des amateurs. C'est ce que nous ont montré de façon péremptoire les nouvelles que nous avons vues, lues ou entendues à propos de la fusillade meurtrière du Virginia Tech. Ce sont les étudiants qui ont fourni en direct les témoignages les plus poignants, les images les plus proches de l'évènement lui-même.

Les quelques secondes filmées par Jamal Albarghouti, un étudiant d'origine palestinienne, ont été vues près de 2 millions de fois sur CNN en huit heures.

Les chaînes ont envoyé de véritables commandos de reporters mais les étudiants étaient sur place avant. Personne ne pouvait concurrencer l'émotion des images qu'ils ont prises, des mots qu'ils ont écrits sur le vif.

Ils avaient les outils pour enregistrer et pour diffuser. Même quand ils n'étaient pas sûrs de ce qui était en train de se passer, leurs réseaux et leurs multiples canaux de communication ont fonctionné.

A cela il faut ajouter que l'information la mieux organisée se trouvait sur Wikipedia . C'est un lecteur de Transnets (merci Louis) qui me l'a signalé en précisant que pendant la journée la page évoluait "de minute en minute".

Il se trouve que j'ai assisté ce matin à une conférence téléphonique de Leon Brody, un des deux fondateurs de NowPublic un site de journalisme citoyen ouvert sur le monde entier qui aspire à devenir la plus grosse agence de News du monde. L'appel était organisé par Jerry Michalski et que vous pourrez trouver bientôt en ligne sur son site Yi-Tan .

Brody y a déclaré que la généralisation du journalisme citoyen (une expression qu'il n'apprécie pas) est "inévitable". Il est convaincu que dans 5 ans "ça sera la norme et qu'au moins 50% des nouvelles que nous lirons, verrons ou écouterons seront produites par des gens ordinaires".

Il y a plusieurs raisons à cela. La première tient aux économies d'échelle: aucun média n'a les ressources pour avoir des journalistes partout où il se passe quelque chose. C'est le pari de NowPublic.

Loin d'être un défaut comme le considère la presse traditionnelle, le fait que la plupart des articles reflètent un point de vue leur "confère de l'intérêt". Et dans une situation comme la tragédie du Virginia Tech, les infos sont constamment mises à jour ce qui en fait des "histoires vivantes".

Vous êtes d'accord?

Commenter cet article