Musique online: pourquoi on avance

Publié le 3 Avril 2007

locks-flickr-dokuro_hana.1175562506.jpg Steve Jobs sourit et nous aussi. La cause de la musique sans verrous avance.

Le patron d'EMI la troisième compagnie mondiale de disques a annoncé lundi en compagnie de Steve Jobs, qu'il s'apprêtait à mettre en circulation la totalité de son catalogue sans les limitations qu'on appelle DRM (Digital Rights Management ou Gestion des droits numériques).

Qu'y a-t-il d'important dans cette annonce?

Pour nous - Les morceaux appartenant à EMI (troisième marque mondiale) seront libres de droits à partir du mois de mai. Ils pourront être téléchargés sur n'importe quel appareil (et circuler entre eux). La qualité sera meilleure (256 kbps) Mais elle aura un prix: 30c, (le prix d'achat à l'unité sera de 1,29 dollars – ou 1,29 Euros - au lieu de 99c).

Pour l'avenir de la musique en ligne – C'est une brèche sérieuse dans le dispositif absurde mis en place par les maisons de disques. Jobs rappelle que les DRM n'empêchent pas le piratage. Elles commencent à agir en conséquence. Le Patron d'iTunes prévoit que la moitié des chansons vendues sur son service devraient être libérées avant la fin de l'année. Elles seront toujours au format AAC et non MP3 (qui semble pourtant le futur … dans cette logique même).

Pour Jobs, iTunes et Apple – Encore une victoire. Sa lettre de février l'avait mis dans le camp des partisans de la libération mais les éléments concrets manquaient . Richard McMannus estime que sa position est tellement dominante sur le marché que l'interopérabilité (le fait qu'on pourra utiliser les morceaux téléchargés d'iTunes sur n'importe quel appareil) devrait même lui profiter .

Un doute – Je me demande si l'augmentation du prix peut tenir la route. Steven Levy remarque qu'elle s'appuie sur une offre de meilleure qualité (acceptable) et sur la reconnaissance que le système antérieur était une connerie (pas acceptable).

L'évolution qui compte pour nous s'est faite par étape: d'abord le droit d'acheter les morceaux un par un, puis le fait de les acquérir sans qu'ils soient limités par des droits exorbitants. La prochaine devrait être une réduction des prix.

Vous y croyez? Pour quand?

[Photo de dokuro hana, Flickr]

Commenter cet article