L'évolution de Silicon Valley (3) – Les industries vertes

Publié le 8 Février 2007

windfarmcalifornia-flickr-natmeister.1170920577.jpg Pour se renouveler, la Silicon Valley s'intéresse à la "technologie verte" (green-tech). Les investissements dans ce secteur (très faibles à l'origine) ont augmenté de 929% au cours des deux dernières années. Cette évolution est le troisième versant de l'évolution d'une région dont nous avons vu qu'elle retrouve son dynamisme et que les immigrants y jouent un rôle croissant .

Même le Président Bush a, dans son récent discours sur l'État de l'Union, donné un coup de pouce dans le bon sens en fixant comme objectif la réduction de 20% de la consommation d'essence d'ici à 2020 et la multiplication par cinq des sources d'énergie alternative. Jusque là il proposait de réduire la dépendance de l'extérieur en creusant plus de puits dans l'Alaska.

Cette partie du discours, qui a moins retenu l'attention de la presse internationale que les passages consacrés aux renforts militaires envoyés en Iraq, n'est pas passée inaperçue dans la Baie de San Francisco. La culture pacifiste des années soixante dix y demeure très vivante mais une partie essentielle de l'argent utilisé dans la recherche provient du Pentagone, de la C.I.A. et du Département de la Homeland Security.

"Mon espoir, partagé par beaucoup dans le secteur green-tech, est que la technologie résolve un jour quelques uns de nos problèmes insolubles de sécurité nationale," a écrit Dean Takahashi , chroniqueur du San Jose Mercury.

Mais ce qui compte le plus pour les gens d'ici c'est la capacité de toujours aller de l'avant.

"Nous nous sommes réinventés pour la cinquième ou sixième fois depuis 1950. Le capital-risque s'avance dans des domaines prometteurs tels que l'énergie renouvelable et les technologies vertes, notre innovation a porté Web 2.0 et d'autres "nouvelles formes de médias", a déclaré Russell Hancock, président de Joint Venture au moment de présenter le rapport dont l'essentiel de ces chiffres sont trouvés. Il souligne également l'éloignement du modèle de production industrielle et le passage à une "économie des idées" et de la création.

Le danger, comme il l'a souligné lui-même, serait que la Valley "prospère par ses réseaux globaux sans que la région se sente mieux". Le coût de la vie y demeure prohibitif et les milliardaires sont bien moins nombreux qu'on ne veut bien dire.

Commenter cet article