Les startups de la 'cherche sociale'

Publié le 29 Janvier 2007

Plusieurs start-ups parient sur la 'cherche sociale' pour offrir de meilleurs résultats que les moteurs traditionnels. Il s'agit en fait de compter sur les réseaux d'usagers pour améliorer la performance réalisée par les seuls ordinateurs.

En attendant le lancement annoncé de Wikiasari sur un principe aussi proche que possible de Wikipedia (voir ce billet ) la course est déjà lancée.

Conçu pour les communautés (ou les réseaux sociaux), Swicki permet aux intéressés de créer des quêtes organisées par secteurs (les amateurs de Jazz, par exemple). Le moteur apprend et s'améliore en se basant sur les pratiques de la communauté.

Sur Rollyo , les usagers peuvent limiter la cherche aux sites qui les intéressent. La communauté se retrouve en adhérant à certains sites. L'outil peut être utile (en complément des moteurs traditionnels) pour ceux qui suivent un sujet sur le long terme pour lequel l'essentiel des infos se trouvent sur un nombre limité de sites. Par exemple, la vie politique locale sur quelques blogs et journaux locaux (à propos desquels les moteurs de cherche ou pisteurs) laissent souvent à désirer.  

Plus modeste, peut-être, mais utile, Wink permet de tagger les résultats de Google, Wikipedia, Digg, del.icio.us et autres et de bloquer le spam de manière individuelle et collective.

Jookster se présente comme 'un moteur de cherche sociale' qui cherche de façon traditionnelle à l'intérieur des signets d'une communauté.

Commenter cet article