Contre le faux "FairPlay" d'Apple

Publié le 14 Janvier 2007

ipodcrippleware-vorlet-nyt-070114.jpgRêvez donc, nous dit Randall Stross du New York Times, salivez à la seule idée du iPhone. Mais n'oubliez pas que sa dimension "baladeur" sera, comme tous les iPods, limitée par des menottes.

En clair, Apple ne vous laisse utiliser la musique que vous achetez sur iTunes que sur des iPods et – sauf si avez déjà le CD ou si vous êtes disposés à des manips plus ou moins compliquées – vous ne pouvez écouter sur votre iPod (ou sur votre futur iPhone) que des morceaux téléchargés d'iTunes ([rectif.] ou une version mp3 acquise ailleurs).

Il y a même un nouveau mot pour parler de cette pratique: "crippleware" de "cripple" qui veut dire invalide ou estropié, suivi du "ware" que l'on trouve en général après "soft" ou "hard".

Le "FairPlay" d'Apple est le nom donné au système installé sur tous les iPods pour vous empêcher d'écouter de la musique venant d'ailleurs. Et que les fans du Mac ne hurlent pas, je ne connais pas un seul utilisateur d'iPod (j'en suis et j'adore) qui trouve que cette pratique n'est pas au moins "légèrement" abusive.

L'article de Stross explique en détail qu'Apple dit que sans son "FairPlay" euphémistique il n'aurait pas l'autorisation des compagnies de disque de vendre leur musique. Mais, ajoute-t-il, s'il est vrai que telle est la position des 4 majeures tel n'est plus le cas de plein de marques indépendantes. Apple continue à les vendre avec la même "protection".

Il renforce sa démonstration en rappelant qu'eMusic , second vendeur de musique digitalisée (très loin derrière iTunes) vend au format mp3 des morceaux qui, toujours selon Stross, représentent 30% des ventes mondiales. J'ajouterai CalabashMusic où je trouve des morceaux superbes de tous les recoins du monde.

Dans quelques années dit un optimiste, on pourra tous accéder à de multiples sources et télécharger ce qu'on voudra pour un abonnement de quelques dollars par mois. C'est déjà le cas en Corée du Sud où, pour 5 dollars par mois, trois millions d'usagers ont accès à un catalogue "virtuellement illimité".

Pour qu'on arrive là il faut, semble-t-il, que les ventes de CD s'effondrent et que les quatre majeures renoncent au système actuel. Une des personnes citées par Stross dit qu'elles vont être obligées de céder dès cette année.

C'est pour ça que les usagers d'iPods ont sans doute intérêt à dire ce qu'ils pensent…

[Le dessin est de Christophe Vorlet . Il illustre l'article du New York Times .]

Commenter cet article