Encore un nouveau terme: Wikinomics

Publié le 9 Novembre 2006

wikinomics.jpgWikinomics: comment la collaboration de masse change tout. Tel est le titre d'un livre qui doit sortir en décembre et dont on entend parler à la Conférence Web 2.0.

L'idée centrale: "Alors que les hiérarchies ne disparaissent pas, de profonds changements dans la nature de la technologie, de la démographie et de l'économie globale sont en train de donner lieu à la montée de nouveaux modèles de production basés sur la communauté, la collaboration, et l'auto-organisation plus que sur la hiérarchie et le contrôle".

Je vous l'accorde, nous sommes nombreux à discuter de tout ça depuis un bon bout de temps.

L'idée pourtant mérite peut-être qu'on s'y arrête, pour voir.

Quitte à inventer des mots qui accrochent, le terme n'est pas mauvais.

Le bouquin lui-même repose sur une longue étude faite auprès de dizaines d'entreprises (et bénéficiant d'un budget de 9 millions de dollars).

Don Tapscott, l'un des auteurs, a déjà publié plusieurs livres qui ont fait date au moment de web 1.0… et avant (Paradigm shift, en 1992; Growing up Digital, en 1999, etc.)

Vous trouverez une interview télé réalisée par Dan Farber ici.

Ainsi qu'un billet sur une étude menée par le même Tapscott sur la net generation, la première génération d'humains plongés dans la vie digitale (ou numérique) depuis le berceau.

Les principales caractéristiques selon Tapscott:

Goût pour le sur mesure;

Volonté d'organiser son temps comme elle l'entend;

Manie de s'informer avant d'acheter;

Intégrité morale;

Importance de la collaboration et du partage d'infos

Ce cocktail relativement explosif devrait, selon Tapscott, altérer sérieusement la vie des entreprises.

Mais pour en revenir au mot lui-même: qu'en pensez-vous? Comment proposez-vous de le traduire? Quel autre terme auriez-vous suggéré pour parler du phénomène en question? (pendant quelques mois on pouvait proposer des titres sur un wiki spécial) Et puis, au fond, que pensez-vous de cette maladie d'inventer des nouveaux mots à tout bout de champ?

Moi… j'adore.

Commenter cet article