La mort des journaux… c'est pour 2043

Publié le 27 Août 2006

Qui a tué les journaux? Se demande The Economist dans l'édition de cette semaine (disponible moyennant finance sur le web depuis vendredi).

Un édito et un article de fond composent l'ensemble qui a le droit à la une. Rien d'extraordinairement nouveaux mais quelques faits bien choisis et quelques remarques utiles. J'ai retenu entre autres:

- Au premier trimestre 2006, la pub sur les sites des journaux américains a augmenté de 35% par rapport à 2005. Elle n'est encore qu'une infime portion de la pub sur papier mais cette dernière stagne.

- La pub sur la version papier du Wall Street Journal n'est plus que trois fois plus élevée de ce qu'elle sur le site (payant). Elle est encore entre six et sept fois plus élevée pour l'ensemble des journaux. Elle monte.

- Parmi les tendances enregistrées chez les journaux qui essayent de s'adapter on constate moins d'effort pour l'actualité politique et internationale, les progrès des informations "hyperlocales" (Bluffton Today) et la grande progression des gratuits.

- Le journalisme citoyen (dans la foulée du coréen OhMyNews) n'est encore qu'à ses débuts mais certains journaux comme le brésilien Zero Hora leur font de plus en plus de place (en l'occurrence pour leur demander ce qu'ils pensent du journal).

Cette chronique de la mort annoncée des journaux fixe la date à l'an 2043 (suivant ainsi l'analyste Philip Meyer) mais constate qu'après avoir traîné des pieds ils semblent se mettre… à la page.

Dans une phrase particulièrement intrigante les rédacteurs anonymes de The Economist évoquent l'hypothèse selon laquelle: "Le danger pour les journaux c'est que leurs efforts sur l'internet risque de contribuer qu'à ralentir leur déclin."

C'est possible, notamment s'ils continuent à penser que seul le papier est sérieux et s'ils abordent le web comme si c'était un succédané du papier, comme un complément et non comme un espace stratégique de premier ordre dont ils doivent découvrir le génie changeant.

L'édito se termine sur une vision relativement optimiste dans laquelle le journalisme de qualité est assuré par la collaboration entre certaines maisons qui durent, des fondations, des blogueurs et des journalistes citoyens intéressés à réaliser, produire et financer ensemble, sur des modèles à trouver, des enquêtes de fond.

C'est ce se propose de faire NewAssignment.net en suivant une idée parrainée par Jay Rosen.

Commenter cet article