Où l'on parle de la naissance d'une nouvelle catégorie de journalistes: les agrégateurs

Publié le 29 Juillet 2006

Netscape a décidé de payer des gens pour signaler les articles, informations les plus intéressantes ce qui permet ensuite aux usagers de les noter. C'est ce qu'on appelle le "social bookmarking", le fait de partager avec d'autres les points du web qu'on trouve le plus intéressant.

Le principe est à la base des sites les plus intéressants du moment. Ce qui est nouveau c'est de payer pour le faire. Certains s'y opposent, beaucoup en parlent.

Amy Garhan signale sur E-media Tidbits que cette décision marque la montée des agrégateurs professionnels, des gens cherchés de réunir des informations qu'ils ne rédigent pas et qu'on paye pour ça.

"[…] aside from the online cultural struggles this offer illuminates, there's a bigger picture media professionals should watch here: the rise of professional aggregators/bookmarkers.

In short, is it worth it to pay smart, dedicated people to provide a steady stream of entries into a social bookmarking services or similar tool? I think so. In fact, I think as media continues to evolve to become more participatory, collaborative, and conversational, this kind of filtering role will become an essential part of how many organizations -- not just news organizations -- function."

Ça vous surprend?

Commenter cet article