Le futur du livre (3): "engager les discussions qui comptent…"

Publié le 2 Juin 2006

Comme nous l'avons vu hier, loin de se concentrer sur l'objet, Bob Stein et son équipe de L'institut pour le futur du livre s'intéressent à sa fonction qui est, selon eux, "d'encourager des conversations dans le temps et dans l'espace". Il s'agit de prendre le contrepied de ce qu'ils considèrent comme un problème majeur: "la résistance que nous constatons dans la société d'aujourd'hui à parler des grands problèmes auxquels l'humanité doit faire face."

Le problème est que "les médias dont nous disposons aujourd'hui ne sont pas assez puissants pour le faire." Ça remonte à la seconde guère mondiale après laquelle "nous avons développé un média incroyablement puissant de diffusion (broadcasting) c'est-à-dire de contrôle. Pas quelque chose qui permette d'engager les discussions qui comptent." L'internet permet à chacun d'avoir une voix… "mais il est développé de plus en plus comme un simple média de diffusion".

C'est pour ça qu'ils "essayent de développer de nouvelles formes de livres dont l'objectif conscient est de rendre possible des conversations riches et importantes. Le livre en réseaux peut y contribuer."

Kevin Kelly (voir ce billet) comme Stein, caractérisent la digitalisation du livre par son insertion dans un univers relationnel actif (et activable) différent de celui que nous avons connu jusqu'ici.

Mais si l'un insiste sur l'accès universel et les relations entre livres, l'autre insiste sur les relations entre les gens que les livres suscitent. Il s'agit autant de deux approches de la technologie que de la société.

A suivre…

Commenter cet article