NetVibes, agrégateur (et simplificateur) de vie digitale

Publié le 15 Mai 2006

Mynetvibes_1 NetVibes est une page d'accueil que vous pouvez configurer à votre goût en y faisant figurer services et sources d'information de votre choix essentiellement grâce aux flux RSS.

Chacun apparaît dans un mince rectangle horizontal contenant simplement le nom du site d'origine et le nombre de messages ou articles non lus. Un clic fait apparaître les titres en dessous du titre. Passer le pointeur dessus (rollover) permet de lire la première phrase. Chaque rectangle peut-être édité ou déplacé avec un simple drag & drop.

Ces barres qui s'ouvrent ou se ferment à volonté permettent d'avoir un grand nombre de modules par page sans être asphyxié par le nombre. Quand une page est trop chargée, vous pouvez en créer une autre qui sera indiquée par un onglet et accessible instantanément. Une pour les nouvelles, une pour la musique, une pour les informations internationales, une pour les films, etc.

C'est plus élégant, plus rapide et plus simple que My Yahoo!, Bloglines ou Rojo trois sites sur lesquels j'ai des comptes et qui permettent de constituer des pages alimentés par des flux RSS. La concurrence provient provient en bonne partie de sites plus récents comme Pageflakes, Goowy et TagWorld.

Outre les flux RSS, NetVibes propose une gamme de modules permettant de suivre la météo, ou nos comptes mèls, les rendez-vous qui nous attendent, des flux de photos pris sur Flickr. Les services incluent l'accès à Boxnet pour garder des documents en ligne et à un compte Writely qui permet d'écrire directement sur le net, un calepin de notes, une liste de choses à faire. Les tags ne devraient pas tarder.

Dans une interview par courriel Tariq Krim, le fondateur qualifie son service "d'agrégateur de vie numérique" (je continue à préférer "digital", pardon) un espace d'où l'on peut gérer facilement l'ensemble des tâches que l'on doit ou souhaite accomplir online. Le service est présent dans 135 pays. Il a été traduit (par les usagers eux-mêmes) dans 60 langues. Tariq promet qu'il restera gratuit.

"Je crois que le mode de développement de NetVibes est unique" m'a expliqué Krim. "NetVibes a un peu du Yahoo! originel mais pour le web 2.0 : l'idée est de démocratiser et rendre accessible à tous les technologies comme le RSS et le podcast. Il s'inspire de Wikipedia pour son alimentation en contenus et services qui est très sociale, et son mode de développement est basé sur l'open source." Ceux qui veulent avoir une idée plus précise de comment ça marche peuvent aller faire un tour sur le wiki qui accompagne le site.

La prochaine étape est "évidemment de créer des passerelle entre nos netvibers" et de leur offrir "un écosystème de services. Ceux des grands acteurs mais aussi et surtout les nouveaux acteurs indépendants de web 2.0." Et il poursuit "les acteurs dominants du web vont devoir faire face à un ensemble de nano service web personnalisés, contextuels et collaboratifs," explique-t-il.

J'ai adopté NetVibes, ce qui me met dans le groupe des "3 millions d'utilisateurs actifs" de ce service né il y a à peine 8 mois.

Commenter cet article