Intransigeance, Open Source et logiciels libres

Publié le 14 Février 2006

Je reprends ici le dialogue engagé par mon billet de la semaine dernière sur l’éventualité d’une « tendance croissante à l’intransigeance dans le mouvement Open Source ».

Les commentaires, fort intéressants, sont de trois ordres :

- Il n’y a aucune intransigeance dans le mouvement Open Source comme le montre l’émergence d’entreprises privées qui s’en servent pleinement comme JBoss. La situation est différente dans le mouvement des logiciels libres. S’il y a un débat, il doit avoir lieu à propos de la Free Software Foundation.

- Bien sûr qu’il y a un problème. Karandash s’interroge même sur l’émergence d’une nouvelle religion.

- L’intransigeance (notamment face à Microsoft) est une question de survie. Il s’agit de deux modèles économiques incompatibles et c’est Microsoft qui a lancé la guerre. Ça rappelle la situation de Cuba face aux Etats-Unis dit Ajam. S’il y a intransigeance c’est pour défendre la liberté. Qui est contre ?

Le premier point est une précision importante. C’est effectivement du côte des logiciels libres que se trouvent les manifestations les plus évidentes d’intransigeance.

Le second invite à s’interroger sur ce qui, à l’intérieur de cette mouvance peut pousser à l’intransigeance (le fait par exemple que certaines personnes se consacrent entièrement à leur mission, que – image connue du hacker – ils sont parfois peu à l’aise avec les relations sociales).

Quant au troisième point : l’intransigeance face à la menace extérieure elle va dans le sens de la question que je pose. Les raisons sont claires. Cela ne veut pas dire que le risque n’est pas là.

Mon inquiétude provient précisément de ma longue expérience comme journaliste politique ayant couvert de nombreux mouvements révolutionnaires en Amérique Latine.

Commenter cet article