Futurologie: Jobs, Apple et Disney dans dix ans…

Publié le 26 Janvier 2006

Jobsquestionmarkjpg1_2 Deux choses comptent dans le rachat de Pixar par Disney :

- Steve Jobs devient le premier actionnaire de Disney.

- Silicon Valley fait une entrée en beauté à Hollywood ;

Sur le premier point, on ne peut que tirer son chapeau devant la performance du capitaine d’industrie qu’est Jobs. Il vient d’empocher 3,6 milliards de dollars d’un coup. Il s’est fait reconnaître, officiellement en quelque sorte, comme le geek qui a compris les magiciens. Il sait parler leur langue (les films de Pixar) et il sait leur faire gagner de l’argent (le succès de la formule iPod/iTunes). Il rentre au conseil d’administration de Disney. Il pourrait un jour occuper des responsabilités plus importantes encore.

Comme le dit Paul Saffo est des analystes les plus fins de Silicon Valley à la différence de Gates qui demeure un geek, Jobs quand il met le pied à Hollywood est reçu comme une star.

Le second point sera une bonne nouvelle le jour où les majors du disque et du cinéma se rendront clairement à la logique de l’internet, de la diffusion numérique (digitale) et de la nécessité d’inventer de nouvelles lois de gestion de la propriété intellectuelle au lieu de renforcer celles qui nous viennent de l’univers analogique.

A ce niveau la performance de Jobs demeure ambiguë : il met l’industrie du spectacle à l’heure de l’internet mais, pour y parvenir, il fait la part belle aux majors et à leurs avocats.

Mais que devient Apple dans tout ça ?

Le Mercury News d’aujourd’hui avance que Jobs pourra s’y consacrer plus pleinement.

C’est là qu’est son cœur, dit le quotidien.

Mais son portefeuille est à Hollywood.

C’est aussi une nouvelle aventure et, pourquoi pas, un joli détour pour revenir en force à l’informatique personnelle.

Alors… nous nous demandons tous où Jobs, Apple et Disney en seront dans dix ans.

Je prends les paris… sous forme de scénarios…

Commenter cet article