Apprendre Aprrendreà utiliser Wikipedia et les infos qu'on trouve sur la toile

Publié le 2 Janvier 2006

J’ai évoqué la semaine dernière (voir ce billet) les scandales qui ont récemment secoué Wikipedia (la version française est ici) l’encyclopédie à laquelle nous pouvons tous participer.

Pour limiter les dégâts, les animateurs ont décidé de mettre en place un mécanisme de révision avec participation des lecteurs. Ils envisagent de lancer une version stable (vérifiée et fermée) pour chaque entrée « mûre » alors que les éventuels changements suivants seraient portés sur une version ouverte. Aux usagers de déclarer quand une version est stable.

Mais décembre n’a pas été que le mois des scandales. Il est aussi celui de la confirmation pour Wikipedia soumis à une comparaison avec l’Encyclopædia Britannica par la revue Nature.

42 articles de chaque encyclopédie ont été évalués par des spécialistes qui ne savaient pas la source. Bilan : 8 erreurs sérieuses… quatre dans chaque. Erreurs d’importances moindres : 123 pour Britannica, 162 pour Wikipedia. Plusieurs des évaluateurs estiment que les articles de cette dernière sont souvent mal structurés et mal écrits. Ils reprochent une certaine tendance à mettre en avant des théories scientifiques très controversées. Reste que la rapidité de la mise à jour est un élément essentiel de Wikipedia et que ce facteur n’a pas été pris en compte par les évaluateurs.

Les incidents récents auront été utiles s’ils permettent aux fans du modèle de se rendre compte qu’il a ses failles et doit être amélioré. Quant aux adversaires, nombreux dans les médias ou chez les « experts » ils pourraient mettre en œuvre des formes de critique plus constructives.

L’une est d’enseigner à leurs lecteurs comme à leurs étudiants à se servir des informations qui se trouvent sur l’internet, à les jauger, à les interpréter. L’autre est de faire partager leur savoir avec les utilisateurs de Wikipedia. Ceux qui s’y aventurent ne sont pas nombreux. Nature, par exemple a interrogé 1.000 de ses auteurs sur le sujet. 30% n’avaient pas entendu parler de Wikipedia, 17% la consultent une fois par semaine. Moins de 10% y ont contribué.

C’est encore plus important pour les versions autres que l’anglais qui n’ont pas encore atteint la masse critique et ne comptent pas sur une communauté suffisante de participants et de correcteurs. Les erreurs ne sont pas une raison pour ignorer l’entreprise, elles sont une condition qu’il faut apprendre à gérer et une invitation à l’utiliser plus intelligemment.

Commenter cet article