Internet : évolutions ou ruptures ?

Publié le 27 Décembre 2005

Cuneiformwriting J’ai déjà dit (voir ce billet, celui-ci et celui-là) tout le bien que je pense de La presse sans Gutenberg, le récent livre de Jean-François Fogel et Bruno Patino. Ils m’ont donné la permission de donner pendant quelques jours des extraits de leur livre. Allons-y.

Le choix est, bien entendu, arbitraire et n’engage que moi. Les numéros figurant au début de chaque citation indiquent les pages d’où elles proviennent.

J’espère que cela vous invitera à lire le livre, et à en discuter sur Transnets.

Cette citation est tirée du premier chapitre, intitulé Le nouveau régime de la presse.

16. Internet n’est pas un support de plus ; c’est la fin du journalisme tel qu’il a été vécu jusqu’ici. Soumis à l’omniprésence d’un média neuf, peu à peu dépouillé de la concurrence entre ses divers supports, il révise chaque jour un peu plus sa relation avec l’audience. La presse n’a pas entamé un nouveau chapitre de son Histoire, mais bien une autre Histoire, sous le régime d’Internet.

Cette question de la rupture (pas toujours formulée) est au cœur de plein de débats sur les technologies de l’information et de la communication. Je me rappelle encore des discussions que nous avions il y a dix ans pour décider si l’invention de l’internet était aussi importante que celui de la télévision, de l’imprimerie ou de l’écriture. C’était sans doute d’un intérêt limité. Leur formulation me semble plus heureuse. Elle ne s’adapte sans doute pas qu’à la presse.

Qu’en pensez-vous?

Commenter cet article