Capital risque de gauche !

Publié le 20 Octobre 2005

Pour ceux qui l’ignorent, les capital risqueurs sont des gens qui font des fortunes (de vraies fortunes) en investissant très tôt dans des start-ups prometteuses qui, quand elles arrivent à Wall Street leur permettent de ramasser plusieurs fois (y compris des dizaines, voir des centaines de fois) leur mise.

La femme de l’un d’entre eux, propose maintenant d’utiliser le modèle pour venir en aide aux progressistes.

Très active sur le front de la culture et de la philanthropie, Deborah Rappaport vient de créer la New Progressive Coalition – basée au sud de San Francisco - qui est en fait une sorte de bourse des valeurs pour ce qui s’imagine et se fait de mieux à gauche.

Tout passe par un site web où les gens qui cherchent à aider les organisations de gauche peuvent leur envoyer de l’argent. Un article du Mercury News explique que:

Donors are called ``investors.'' Political activists are running ``start-ups.'' The goal is to get the money to the brightest ideas. And, just like eBay and its well-honed feedback system, the members will rate ideas and organizations on the coalition's Web site.

Le mécanisme imaginé par Deborah Rappaport devrait permettre aux petits donneurs de participer au financement d’incitatives nouvelles. Les associations ayant des idées originales ont ainsi une chance de trouver les fonds dont elles ont besoin.

J’ai du mal à imaginer un tel mécanisme en Europe, mais je me trompe peut-être.

Dites-le moi si tel est le cas, mais surtout, dites-nous si l’idée vous choque ou vous plaît et pourquoi.

Commenter cet article