Journalistes et blogs : le questionnaire de Clément (4 et der)

Publié le 21 Mars 2005

Voici la dernière question posée par Clément et ma réponse.

6 - Les blogs peuvent-ils être considérés comme un nouveau média à l’origine d’un nouveau journalisme ? Où est la frontière entre information et opinion ?

FP – Non seulement il s’agit d’un nouveau média, c’est sans doute le premier qui soit à la fois totalement public et véritablement propre à l’internet. C’est le premier pas vers des changements fondamentaux que nous trouvons par exemple dans les wikis. Il ne peut en sortir qu’un nouveau journalisme. Mais ce journalisme nouveau ne saurait être isolé de l’évolution de la société qui devient elle aussi plus démocratique, plus participative, plus mouvante.

Quant à la question de l’information et de l’opinion qui est toujours source de discussions interminables, je crois d’abord qu’il faut reconnaître que ce sont les médias traditionnels qui ont commencé par remettre en question la distinction fondamentale entre les deux. C’est grave, mais là encore, c’est une évolution qu’il faut essayer de comprendre pourmieux pouvoir l’infléchir. On ne peut pas le comprendre pleinement si on n’ajoute pas que nos sommes bombardés d’informations. La manière la plus facile de dégager un sens est peut-être de les accompagner d’opinions. L’ennui étant bien sûr que quand la distinction n’est pas clairement marquée on peut se tromper. Et c’est là que les médias traditionnels ont failli.

Les blogs par contre se posent comme espaces d’opinions. Il n’y a donc pas tromperie et chacun s’y retrouve comme il peut. Ils servent aussi de filtres pour accéder à des opinions difficiles à trouver à partir de sensibilités connues. Ces notions de filtre et de sensibilité me semblent importante.

Si on creuse un peu on trouve en fait deux types de réponses à la question du sens à trouver face au déluge d’informations : l’un est l’opinion (qui peut être cachée ou pas dans les médias traditionnels et qui est claire dans les blogs), l’autre est la discussion. Cela est plus facile et plus évident sur les blogs et c’est sans doute un apport fondamental.

Je voudrais enfin ajouter que le danger des médias traditionnels qui ne font plus leur travail aussi bien qu’ils sont censés le faire présente un danger redoutable : le fait que les citoyens ne se rendent pas compte de la situation. Ils ont confiance en des médias qui ne sont pas nécessairement fiables. Avec les blogs on sait par hypothèse que tout peut-être faux, que l’opinion joue un rôle considérable. Mais alors la crédibilité doit être recréée à chaque instant par les blogueurs. Les citoyens sont plus exigeants ils ne parten plus de l’a priori de crédibilité et quand ils ne sont pas d’accord, ou quand ils ont d’autres informations à donner, ils peuvent les partager avec tout le monde sous forme de commentaires. J’aurais tort à mon tour si je croyais que cela est évident et facile à obtenir. Mais je crois que la vitalité du journalisme des citoyens commence par leur capacité à apprendre à s’y retrouver dans l’univers en pleine expansion des informations et des opinions. Cela pose un vrai problème d’éducation (et d’auto-éducation, mais pas exclusivement).

Et vous ? Comment voyez-vous cette question de la relation entre information, opinion et sens ?

Commenter cet article