« The Cell » : Les limites d’une technologie « révolutionnaire »

Publié le 15 Février 2005

Thecelleconomist050210 Le lancement, la semaine dernière de Cell, un nouveau chip ultra puissant (voir explication sur Wikipedia et sur ArsTechnica) a fait grand bruit dans les médias américains. Un ordinateur doté de seulement trois de ces chips pourrait figurer sur la liste des 500 superordinateurs les plus puissants du monde.

Le New York Times, par exemple a écrit que son introduction pourrait couper l’herbe sous les pieds des fabricants de PC dans leur tentative pour « dominer le living-room numérique et en même temps créer un nouvel écosystème informatique qui inclurait Hollywood, le living-room et les marchés scientifiques et technologiques de haut rendement. »

Le Mercury News, pour sa part estime que l’alliance d’IBM, Sony et Toshiba forgée pour la conception de Cell « représente une menace pour Intel qui veut étendre sa pénétration des ordinateurs personnels à l’électronique de consommation et aux superordinateurs. »

Mais c’est dans The Economist de cette semaine (acc`es payant) que j’ai trouvé l’analyse la plus intéressante.

Après avoir reconnu les mérites exceptionnels de Cell et notamment sa très grande vitesse - il peut réaliser 256 milliards d’opérations mathématiques par secondes - l’hebdomadaire britannique souligne qu’il en faut plus pour bouleverser l’industrie des microprocesseurs.

Cell fera merveille sur la PlayStation 3 qui devrait sortir en 2006. D’une façon générale elle peut donner des résultats surprenants dans les gadgets du type caméra vidéo ou télévisions haute définition.

Les limites de Cell tiennent au fait que les programmes doivent être spécialement écrits pour tirer parti de ses vertus. Il semble en outre qu’il consomme trop d’énergie pour vraiment s’imposer sur le marché des gadgets.

Intel a peut-être quand même des inquiétudes à se faire. Ceux qui peuvent rêver, par contre, ce sont les gameurs… et les utilisateurs de Mac puisque Apple est le plus gros consommateur de PowerPC, les chips qui sont au coeur de l’architecture modulaire de The Cell.

Commenter cet article