Avec Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia

Publié le 11 Février 2005

Walesstanford050209 « A Wikipedia, nous sommes flexibles en ce qui concerne la méthodologie sociale. Nous donnons plus d’importance au résultat qu’au processus » a expliqué Jimmy Wales, fondateur de l’encyclopédie en ligne, aux étudiants de Stanford qui suivent la classe de Howard Rheingold sur la coopération (voir ce billet).

C’est le résultat qui compte. Mais on aurait tort de croire que tous les moyens sont bons. Les participants agissent dans « une atmosphère d’amour et de respect ». Ils sont convaincus que ce qu’ils font est « bon pour l’humanité ». Ceci étant posé et défendu à chaque instant, ils n’ergotent pas sur les méthodes et privilégient les résultats.

Il conseille également à ceux qui veulent construire un projet ouvert à la participation de tous (ou d’un grand nombre) de ne pas définir les tâches a priori car cela crée autant d’obstacles pour ceux qui voudraient rentrer. C’est au collectif émergent de définir ses propres tâches, de se définir autour des tâches qu’il se donne. Gouvernance : « un mélange déroutant »

Pour expliquer comment Wikipedia marche il parle d’une gouvernance qui repose sur « un mélange déroutant mais avec lequel on peut travailler » des principes suivants :

  • consensus (ils essayent d’éviter les votes),
  • démocratie (ils votent parfois et, dans certaines circonstances, les participants peuvent établir leurs propres règles, cela dépend des problèmes et des traditions qui sont déjà apparues dans certains domaines),
  • et monarchie. « C’est mon rôle dans la communauté » explique-t-il. Il se veut monarque constitutionnel (par opposition à l’image classique mais dont il ne croit pas qu’elle existe dans la réalité, du « dictateur bienveillant »). La clé de tout l’édifice semble la flexibilité. Les wikipédiens ne confient jamais aux logiciels le soin de décider pour eux. Un mélange rare

    J’ai eu la chance d’accompagner Jimmy Wales pendant quelques heures et j’ai trouvé le personnage fascinant. Il est à la fois doux dans sa façon d’être et très ferme sur ses principes de base. Il accorde beaucoup plus d’importance à la « méthodologie sociale » qu’à la technologie. Il parvient à la fois à faire sentir sa présence sans jamais recourir à ces « trucs » qui permettent aux pros de s’imposer. Un mélange rare.

    Je n’adore pas ceux qui se veulent monarques, fussent-ils constitutionnels, mais force est de reconnaître qu’il joue un rôle indispensable. Un rôle qui fait penser à celui de Linus Torvalds dans la communauté Linux.

    Curieux non ?

  • Commenter cet article